Laurent Wauquiez, président de la collectivité Auvergne-Rhône-Alpes, a réuni à Lyon une vingtaine d’entreprises du territoire qui ont réorienté leurs productions initiales.

C’est une conférence de presse économique qui a fait du bien, parce qu’on a vu des entreprises de “chez nous” qui se battent, qui innovent, qui coopèrent avec d’autres pour lutter contre le Covid-19. Et qui, par ce biais, vont pouvoir maintenir une activité économique forte, voire créer des emplois.

 

 

C’est une conférence de presse qui a été organisée par Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. L’élu a ainsi réuni différentes boîtes régionales, petites ou grandes, qui avaient répondu à l’appel qu’il avait lancé il y a trois semaines déjà. Un appel à la mobilisation pour produire de nouveaux matériels de protection anti-covid, et se défaire ainsi de la dépendance à la production chinoise.

« Il ne faut pas se leurrer : le décalage qu’on a constaté dès le début de crise entre les besoins en gel et masques et nos stocks réels est dû au fait qu’on ne produisait plus ces produits en France, qu’on était totalement dépendants de la Chine. Il faut donc sortir de cette situation. C’est une des leçons qu’on devra retenir de cette crise. Nos entrepreneurs ont d’ailleurs montré qu’ils étaient capables de s’adapter très vite. Ils ont réorganisé leurs appareils de production pour produire des équipements de protection efficaces. Grâce à eux, nous avons pu passer de nombreuses commandes afin d’acheminer ce matériel vers les professionnels en grand besoin », a expliqué Laurent Wauquiez, en présentant les différentes initiatives.

 

Des entreprises mobilisées de l’Ain au Cantal 

 

 

Ainsi, on a vu que la distillerie de Vallon Pont d’Arc en Ardèche a fourni de l’alcool à Greentech dans le Puy-de-Dôme, entreprise spécialisée dans les produits cosmétiques et qui tourne aujourd’hui à plein régime pour sortir des litres de gel fabriqués avec cet alcool. On a appris qu’Orapi Hygiène, dans l’Ain, produit aussi 300 tonnes de gel par semaine, avec des machines qui travaillent en continu 24h/24. Tout comme Phytema, en Savoie, qui avait l’habitude de fabriquer de super shampooings bio et naturels, et qui a été l’une des premières à se reconvertir pour produire du gel hydroalcoolique. Quant à ACETT, dans l’Ain, pro dans l’assemblage des tissus techniques, elle monte aujourd’hui des masques de protection.

 

 

On a aussi Pigagnol, dans le Cantal, fabriquant de parapluies haut de gamme, qui produit des blouses lavables, Harmonyl 2, en Isère, qui a mis un temps de côté la fabrication de boîtes à bonbons, pour se consacrer à la confection de visières et plaques de protection. Et, enfin, Porcher Industries, en Isère, spécialisé dans les matériaux techniques alliant textile et chimie, qui a annoncé la production d’un million de masques par semaine. Des masques, en tissu, carrément champions du monde, puisqu’ils gardent leur efficacité « barrière » après plus de 50 lavages ! L’objectif de l’entreprise est d’en produire plus de 4 millions d’ici le 10 mai, juste avant l’éventuel déconfinement.

 

 

(source : https://www.ledauphine.com/economie/2020/04/15/des-masques-et-du-gel-100-made-in-aura)